Anciens lauréats

2016 Technologie et innovation Biographies des finalistes

Commanditaire de prix: Algonquin College

Cooper Lawrence, École secondaire Sir Wilfrid Laurier

Cooper Lawrence est étudiant à l’école secondaire Sir Wilfrid Laurier et sa passion réside dans l’informatique et la robotique. Il a utilisées compétences acquises pendant les  cours de logiciel informatique et de matériel, les a raffinées sur son temps personnel et les a utilisées pour accomplir ses visions d’innovation auto-dirigées. Le point culminant de ses projets est les lunettes de réalité virtuelle qu’il a réalisé à l’aide d’un tableau Arduino Nano qu’il a exposé au Ottawa Maker Faire en novembre dernier. Sa réussite a suscité un grand intérêt de la part des participants à l’événement et il continue de fasciner ceux qui l’entourent en expérimentant la technologie et en étant un membre actif de sa communauté. Cooper est un fabricant extraordinaire. Il le démontre continuellement en se présentant à l’école avec de nouveaux projets innovateurs mais Cooper est bien plus qu’un innovateur de haute technologie. Il incarne tout ce qu’une société bienveillante espère voir dans sa prochaine génération tout en  s’intéressant à ses collègues, qu’ils soient plus âgés ou plus jeunes.

Citation: « La technologie m’a donné quelque chose à viser à l’école, et quelque chose d’être passionné. »

Amit Scheer, École secondaire Colonel By

L’histoire de l‘excellence académique d’Amit est démontrée par ses exploits, mais ce sont ses réalisations en dehors de l’école qui le distingue de ses pairs. En 2013, Amit a été choisi comme l’un des 90 finalistes au niveau mondial pour le Google Science Fair. En 2014, Amit a remporté des prix à l’occasion de la Foire scientifique virtuelle pancanadienne, de la Foire internationale de sciences et de génie (ISEF) et de Sanofi Biogenius. En 2015, Amit a remporté le deuxième grand prix à l’ISEF, et a une petite planète nommée d’après lui. En 2016, Amit a remporté le prix «Best in the Show» à la Foire scientifique régionale d’Ottawa, ainsi que le prix Peer Review et le premier prix de Sanofi Biogenius. Amit a su conserver ses notes et sa réputation auprès le programme du Baccalauréat International pendant ses multiples réalisations. Il est sur le point de développer une recherche grâce à la science et il est bien au-delà des normes  étudiantes du secondaire quant aux accomplissements scientifiques Être un chercheur accompli tout en étant à l’école secondaire prend un engagement étonnant et une quantité absolument impressionnante d’audace et de courage. Amit fera certainement une différence dans notre communauté alors qu’il poursuit ses recherches sur la biotechnologie de médicaments contre le cancer. Il a actuellement un impact important sur la prochaine génération de jeunes scientifiques. Amit participe activement à la Fondation pour la Science et la Technologie des Étudiants, un organisme national à but non lucratif dont la vision est de motiver et de responsabiliser les leaders de demain dans STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques).

Citation: « L’innovation distingue un leader et un suiveur. »

2016 Entrepreneuriats

Commanditaire de prix: Shopify

Gigi Huang, École secondaire Mother Teresa

En 2012, Gigi Huang est arrivée au Canada du Taiwan, avant les autres membres de sa famille, afin de poursuivre ses études. Immédiatement, elle s’est plongée dans les activités scolaires et parascolaires de son nouvel environnement. Elle a de très bonnes notes à l’école et partage ses talents dans un large éventail de disciplines. Accueillie dans une famille qu’elle ne connaissait pas, elle a enseigné les mathématiques et la chimie tout en travaillant sur son anglais. Elle a participé à la chorale vocale Peer Helping, à l’initiative «I Matter, You Matter» de Mother Teresa, au club de discussion, à l’équipe de natation, au comité de bal et au club de badminton. Gigi a fondé le Titans Around the World Club et a représenté les élèves de la 10e et la 11e année au conseil étudiant avant d’être élue coprésidente du conseil étudiant, apportant ainsi la voix des étudiants ALS au gouvernement étudiant du secondaire. Pendant ses temps libres, Gigi a fait du bénévolat à l’hôpital Queensway-Carleton, à la fois à la boutique souvenirs et à l’unité des soins intensifs. En 2015, elle a fait une demande de subvention pour un programme d’entreprise d’été qu’elle a utilisée pour mettre en place « Gigi’s Pastry ». Grâce à son entreprise, Gigi a appris sur le monde entrepreneurial et se spécialise dans les gâteaux santé. Elle maximise les occasions de collecte de fonds,  en introduisant le personnel de l’école et les étudiants à ses pâtisseries taiwanaises. Son entreprise fut un tel succès qu’elle a été invitée à la présenter  au conseil Catholique d’Ottawa comme un exemple de réussite entrepreneuriale au sein du conseil.

Citation: « Étant enfant unique , mes parents ont beaucoup d’attentes face à moi. Au fond de mon cœur, je sais que la seule façon de les rembourser pour tous leurs sacrifices sera d’atteindre mes objectifs. »

Mohammed Omer, Institut collégial du Glebe

Moe est un vidéaste autodidacte, animateur, développeur web et entrepreneur. Ses derniers efforts comprennent la création d’un nouveau téléphone intelligent, présentement en phase prototype. Il y a trois ans,à l’âge de 13 ans, Moe avait l’idée d’un téléphone plus abordable, plus accessible et plus innovateur que les appareils disponibles sur le marché à cette époque. Il a développé le concept et a approché un ami fréquentant l’Université Carleton. Cet ami a accepté de l’aider à réaliser le projet et lentement, son équipe a augmenté en taille. Le téléphone de Moe a été conçu par la jeunesse, pour la jeunesse, et sera bientôt disponible commercialement. Moe est un excellent exemple de réussite de la jeunesse en dépit des barrières sociales. Il a grandi dans un quartier à faible revenu d’Ottawa, ce qui signifie que les possibilités et les ressources, en particulier pour les technologies coûteuses, étaient limitées. Moe s’est auto-enseigné presque toute l’expertise technologique qu’il possède. Il n’a jamais laissé les barrières sociales l’arrêter et a su faire bouger les choses dans sa vie. Moe est apparu sur l’émission Dragon’s Den l’année dernière dans un effort de collecte de fonds pour son projet de téléphone cellulaire. Moe est bénévole dans sa communauté et offre des services de développement / conception et de vidéographie à des réunions et à des événements communautaires. Avoir ce genre de technologie et de compétences dans la communauté signifie que ses voisins peuvent plus facilement collaborer, élaborer des stratégies et trouver des solutions aux problèmes locaux. Son succès, surtout à un si jeune âge, est la preuve que les jeunes peuvent véritablement réaliser des choses remarquables, pourvu qu’ils aient le désir, de la passion et, bien sûr, un peu de soutien communautaire.

Citation: « Littéralement n’importe qui peut être n’importe quoi aujourd’hui; la technologie a brisé les barrières du temps, l’âge, l’emplacement et plus encore! J’ai 16 ans, mais je suis aussi un designer industriel, un graphiste, un web designer / développeur, un vidéaste, un YouTuber et un PDG. »

2016 Service et entraide

Commanditaire de prix: OC Transpo

Linxi Mytkolli, Université d’Ottawa

Linxi Mytkolli est présentement étudiante au baccalauréat spécialisé en biopharmaceutique de l’Université d’Ottawa. En tant qu’étudiante impliquée et citoyenne du monde, elle a fait du bénévolat en tant que professeur d’anglais en Chine. Elle est déléguée aux conférences médicales de premier cycle et membre de l’UOSERT. Linxi est la présidente d’un organisme à but non lucratif intitulé Actions for Healthcare, qui organise des conférences annuelles à Ottawa et bientôt dans de nombreuses autres villes à travers le pays. Linxi a une véritable passion pour le bénévolat et grâce à sa participation à de nombreuses organisations, elle a développé ses compétences et ses talents de leader. En tant que présidente d’Actions for Healthcare et membre de l’exécutif d’UOSERT, Linxi a fondé un service d’urgence innovant sur le campus en organisant des conférences qui reliaient les étudiants et le grand public avec les leaders de la santé, mettant ainsi en évidence l’importance de la recherche médicale. Grâce à son poste avec l’exécutif de Bio-X, Linxi a ouvert les portes aux opportunités pour de nombreux étudiants en fournissant des informations sur le cheminement de carrière en santé et en lançant des événements de réseautage d’une extrême importance pour relier les diplômés à leurs futurs employeurs. Fascinée par les subtilités du corps humain, l’objectif principal de Linxi est l’école de médecine et elle espère devenir pédiatre un jour.

Citation: «Je veux passer le reste de ma vie à aider les enfants à survivre, à récupérer, mais surtout je veux les inspirer et les aider à croire en l’avenir».

Eva von Jagow, École secondaire Sacred Heart

Eva von Jagow est passionnée par l’égalité et la justice sociale dans son propre pays. «Il est immoral que dans un des pays les plus riches du monde et dans un pays qui se vante de son système de santé et d’un niveau de vie élevé, il existe des communautés où les enfants vont à l’école sans avoir mangé, » explique-t-elle. Cette injustice est au cœur de ce qu’Eva fait. Lorsqu’elle a appris les enjeux de l’insécurité alimentaire au Nunavut, alors qu’elle était à l’école secondaire, elle a voulu agir. Elle a lancé une campagne de financement intitulée All That Glam qui planifie maintenant son 4e événement annuel à Ottawa. Jusqu’à présent, cet événement a permis d’amasser plus de 80 000 $. Ces fonds ont mis sur pied un programme de petits-déjeuners chaud à l’École Sakku, à Coral Harbour, au Nunavut. Plus de 90% des élèves de l’école utilisent ce programme chaque jour. Eva est une jeune femme qui fait preuve de leadership en créant son propre organisme sans but lucratif appelé DueNORTH qui a pour mission de fournir et de promouvoir l’accès aux aliments nutritionnels au Nunavut. Elle possède une sensibilité culturelle aiguë et  afin de mieux comprendre les peuples des Premières Nations, elle poursuit présentement une mineure en études autochtones à l’Université McGill. Elle saisit toutes les occasions d’impliquer d’autres jeunes dans son travail social. Près d’une centaine de jeunes bénévoles consacrent leur temps à la collecte annuelle de fonds.

Citation : « Pour moi, le concept de donner doit être innovant et s’adapter aux besoins. »

2016 Arts et culture

Commanditaire de prix: Université d’Ottawa

Richard Hardy, École secondaire catholique Béatrice-Desloges / Université d’Ottawa

Richard Hardy est un musicien talentueux qui redonne à sa communauté. De 2009 à 2015, Richard fréquente l’école secondaire Béatrice-Desloges et fait ses débuts musicaux en jouant du saxophone baryton en 7e année. En 10e année, il devient membre du groupe senior et de l’ensemble de jazz. En 11e année, il devient le directeur de l’ensemble de jazz après que son professeur ait été transféré d’école. Maintenant en première année d’études en musique à l’Université d’Ottawa, Richard continue d’agir comme directeur de l’ensemble de jazz de son ancienne école secondaire et utilise ses contacts pour amener des musiciens professionnels à l’école ! Il inscrit l’ensemble à des voyages, des concours et des concerts et le fait depuis qu’il a pris le relais en 11e année. Présentement, il joue du saxophone baryton dans l’orchestre à vent et dans le groupe de jazz, il chante dans le choeur Calixa-Lavallée et dans un nouveau quatuor. Il a joué le rôle principal dans une comédie musicale étudiante à l’Université d’Ottawa. «C’est extrêmement gratifiant d’enseigner aux générations suivantes qui suivront mes traces et de leur offrir les mêmes possibilités que celles que j’avais lorsque j’étais à leur place» dit Hardy.

«Il voit vraiment les possibilités au lieu des problèmes et pense déjà comme un enseignant professionnel. Il veut que «ses» élèves se développent musicalement, apprennent le jazz et aient la possibilité de participer à des concerts et à des compétitions » remarquent ses professeurs.

Citation: « Je me sens comme si je redonne à l’école qui m’a fait tomber en amour avec la musique et je veille à ce que plus d’étudiants puissent devenir eux aussi passionné comme je le suis. »

Sarah Pledge Dickson, École secondaire Canterbury

Sarah Pledge Dickson est une membre dévouée de la communauté scolaire de Canterbury. Elle a obtenu des résultats exceptionnels dans ses cours d’éducation en plein air de la 11e et 12e année en atteignant une moyenne de 94%. Elle est persévérante malgré des conditions très difficiles et se lançe avec enthousiasme dans toutes les activités. Lors de sa dernière année secondaire, Sarah est devenue tutrice pour sa classe, en formant et guidant les jeunes étudiants afin qu’ils puissent eux aussi avoir des expériences enrichissantes en matière d’éducation en plein air. Sarah a réussi à équilibrer un horaire très chargé à Canterbury. Tout en participant comme membre du programme de musique de l’école et en maintenant un haut niveau scolaire, elle est également une leader dans de nombreux événements de l’école et des activités parascolaires. Sarah a été codirectrice du Conseil de la musique, représentante de la catégorie musicale, membre de l’équipe LINK, membre du comité relais pour la vie, membre du club Key, participante au Spartan Leadership Camp et délégué du camp Leadership. Elle est dévouée à sa musique depuis son enfance et a contribué grandement dans le programme de Canterbury des arts. Elle est respectée et admirée par ses pairs et superviseurs.

Citation: « Je me rends compte à quel point je veux en savoir plus sur le monde et d’aider les gens qui s’y trouvent. Je sais que ma résilience sera utile. »

2016 Passe à l’action

Commanditaire de prix: Carleton University

Zach Graves, Merivale High School

Lors d’une mission bénévole à Mossuril au Mozambique, Zach Graves a remarqué que la croissance et le développement de ce village étaient sévèrement restreints par un profond manque d’outils et d’équipements de base. De retour à Ottawa, Zach a cofondé un organisme à but non lucratif appelé «Tools With Impact» dédié à résoudre ce problème. Lors de ses deux premières années, Tools With Impact a réussi à réunir 21 000 dollars en dons monétaires et plus de 65 000 dollars en outils et équipements pour les communautés du nord du Mozambique. Cette année, Zach a élargi la mission de Tools With Impact afin d’aider les étudiants défavorisés à recevoir une éducation et plus de 25 000 $ ont déjà été amassés pour les étudiants au Mozambique, Mali et Équateur. Zach est également impliqué dans la communauté avec des besoins spéciaux. Il est entraîneur bénévole de natation avec les Olympiques spéciaux de l’Ontario pour l’équipe des loutres d’Ottawa, il est aussi membre de l’équipe d’accessibilité aux handicapés du Bluesfest de RBC et gardien de but et conseiller au Camp Misquah, un camp pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Zach a également participé activement au Groupe de Manotick pour les réfugiés qui a aidé une famille syrienne de quatre personnes à s’installer à Ottawa.

Citation: «Donner mon temps et mon énergie à aider les autres me donne un but qui m’apporte une grande joie et un sentiment d’accomplissement »

Dani Lanouette, Immaculata High School

Dani est une remarquable défenseure de la jeunesse autochtone et de la réconciliation entre les peuples autochtones et non autochtones. Au secondaire, Dani a joué un rôle de leadership décisif en ce qui concerne la sensibilisation de la communauté à la culture, l’identité et les questions autochtones. Elle est affectueusement connue comme Mama Dani pour sa capacité à guider et à soutenir ses pairs et les jeunes étudiants. Due en grande partie à la direction de Dani, Immaculata High School a vue de grands changements ces dernières années concernant la prise de conscience des Questions indigènes. Dani a dirigé la Semaine de sensibilisation aux questions autochtones et a partagé de la musique, des informations, des prières et des activités avec toute l’école. Elle a présenté des occasions de s’exprimer sur les questions de droits à l’éducation pour les jeunes autochtones comme Have a Heart Day et Shannen’s Dream. Elle a guidé doucement les éducateurs de cette communauté qui cherchaient des conseils sur la façon d’engager et de soutenir les étudiants des Premières nations, des Métis et des Inuits. Elle a montré une grande générosité, patience et compassion. Elle a vraiment réussi à aider ses pairs à être fiers de leur identité autochtone et à mettre en valeur la culture et les questions autochtones au sein de son école et de la Commission scolaire catholique d’Ottawa. Dani a aussi siégé au Comité consultatif étudiant du ministère de l’Éducation de l’Ontario. Depuis sa graduation, Dani s’est engagée encore plus activement dans l’activisme, l’éducation et la politique. Dani sera étudiante au Collège Algonquin à l’automne em études autochtones.

Citation: «Quand j’entends parler des conditions de l’éducation dans les réserves, cela me pousse et me motive. Je ne gaspillerai pas les opportunités et les ressources dont j’ai le privilège de disposer. »

2016- Persévérance académique

Commanditaire de prix: OSSTF

Anuarite Manyoha, Lycée Ridgemont

Anuarite Manyoha est originaire du Congo, où son père sauvait des enfants soldats des camps rebelles. Cet acte d’humanité l’a conduit à devenir une cible pour ceux qui s’opposaient à ses actions, à tel point que la famille d’Anuarite a été contrainte de se déplacer en Ouganda. Même là, ils n’étaient pas en sécurité, et les rebelles les ont suivis, ont kidnappé et fusillé sa mère. Alors que sa mère était dans le coma pendant quatre ans, Anuarite se cachait dans le sous-sol quand les soldats venaient à la recherche de sa famille. Elle s’est concentrée sur ses études et sur l’apprentissage de l’anglais. Enfin, elle a pu émigrer au Canada. À l’école secondaire de Ridgemont où elle a continué ses études, espérant aller au collège où elle veut s’entraîner pour être infirmière afin d’aider d’autres comme son père a aidé à sauver des enfants. Anuarite utilise sa voix mélodieuse pour apporter de la joie à d’autres dans sa communauté de foi. Elle a fait preuve de leadership à de nombreuses reprises, en travaillant avec des programmes scolaires pour les élèves défavorisés et en faisant du bénévolat pour aider les autres sur une base régulière. Anuarite met toujours les besoins des autres avant les siens, au point d’utiliser l’argent qu’elle gagne pour s’assurer que ses jeunes frères et soeurs sont correctement nourris et soignés. Dans les mots d’Anuarite, les actions de ses parents ont démontré que «la bonne manière n’est pas toujours la manière facile, mais c’est le chemin que je choisis de prendre ».

Citation: « Les obstacles peuvent être une source de force. Je ne souhaiterais pas les expériences de ma famille à n’importe qui, mais je reconnais combien j’ai été chanceux de surmonter et d’apprendre ces obstacles que nous avons rencontrés ».

Chelsey Son, Norman Johnston Alternative Program

Chelsey Son a subi une lésion cérébrale traumatique qui a entraîné une amnésie rétrograde quand elle était en 10e année. Elle ne pouvait pas se souvenir de sa famille ou ses amis à l’école et a été désignée à l’école comme étant bizarre. Elle a lutté avec la dépression et l’anxiété à la suite de son diagnostic et a eu envie d’abandonner. Dans cette période très sombre, Chelsey a choisi d’essayer un programme d’éducation alternative, où elle fréquentait l’école pour un ou deux jours par semaine dans l’après-midi, travaillant sur l’obtention d’un crédit à la fois. Elle a commencé à préparer des dîners congelés pour une famille dans le besoin à son école, contente d’avoir la chance de donner d’elle-même pour aider quelqu’un d’autre. Au cours des deux dernières années, avec l’aide des ergothérapeutes, des enseignants, des psychiatres et de ses parents, Chelsey a persévéré dans ses traitements et ses défis personnels. Chelsey a excellé dans son placement en coop avec une classe de 7e année, en particulier avec les étudiants ayant des problèmes de comportement et les élèves autistes. Elle a aidé à créer le programme anti-intimidation à l’école élémentaire. Elle est chanteuse avec le groupe de son école et a mis en place sa propre entreprise de tutorat, aidant un garçon autiste dans son quartier. Chelsey a été acceptée dans le Programme de technique d’aide à l’enfance au Collège Algonquin où elle continuera à aider les autres au travers leurs luttes et obstacles.

Citation: « Pouvoir me réveiller tous les jours, aller à l’école, aider les autres, faire sourire les gens, voir mon frère faire du sport, rire avec ma mère, et faire de la conduite automobile avec mon père m’a fait réaliser que je suis beaucoup plus forte que je croyais. »

2016 – Prix Max Keeping pour le courage

Commanditaire de prix: CUSA

Justin Ernst, OTSS

À l’âge de 3 ans, Justin Ernst a été diagnostiqué avec l’épilepsie et l’apraxie, une condition qui rend difficile de s’exprimer avec des mots. Ces défis ont amené Justin à éprouver des problèmes dans le développement de la parole, pour lesquels il a dû faire des années en thérapie de langage et parole. De plus, ses compétences en communication ont été touchées quand il a été diagnostiqué avec un trouble d’apprentissage verbal et la dyslexie. Malgré tous les obstacles qu’il a rencontrés, Justin a concentré son attention sur les besoins et les préoccupations de ceux qui l’entourent. L’oncle de Justin, qui souffrait de trouble schizoaffectif, vivait avec sa famille. Son frère, qui est aussi son meilleur ami, a été diagnostiqué avec le lymphome de Hodgkin et plusieurs autres membres de sa famille sont décédés du cancer. En 2012, Justin est arrivé au Secondaire technique d’Ottawa après avoir été scolarisé à la maison depuis la 5e année. Justin a reçu une récompense d’honneur chaque année du secondaire, avec des moyennes supérieures à 90%, montrant des talents particuliers en soudage. Il s’est impliqué dans sa communauté scolaire d’autres façons. Il est chef de Link Crew, membre de l’équipe de lutte de l’école et animateur d’un groupe de services communautaires. Dans ses temps libres, il fait du bénévolat auprès des jeunes marginalisés, il travaille dans des camps de la Nouvelle-Écosse jusqu’à Manitoulin et il s’implique à diffuser son témoignage d’espoir. Justin se dirige vers le Pérou le lendemain de l’obtention du diplôme afin qu’il puisse continuer à aider les autres dans le besoin.

Citation: « J’ai poussé aussi fort que je le pouvais, et j’ai dépassé ce que je croyais possible. »

Sarah Telford, CHEO

Sarah Telford est une étudiante qui a des objectifs scolaires élevés pour elle-même et s’efforce de les atteindre de toutes les façons possibles ; même si cela signifie lutter contre sa leucémie. Diagnostiquée avec le cancer il y a six ans à CHEO, elle a subi une hospitalisation de six mois où elle a reçu la chimiothérapie intensive et une transplantation de moelle osseuse. Elle est ensuite entrée en rémission. Malheureusement, peu de temps après son retour de l’Hôpital, sa leucémie est revenue. Elle a été hospitalisée pendant plusieurs mois et a subi une nouvelle chimiothérapie suivie d’une seconde transplantation de moelle osseuse. Cette fois, sa leucémie est restée en rémission, mais au coût de sérieux effets secondaires suite à la greffe. La maladie du greffon contre l’hôte est quand le système immunitaire du donneur attaque le receveur (Sarah) et affecte plusieurs de ses organes. Cela lui a causé des nausées continues, une douleur osseuse sévère, et le pire de tous, elle a affecté les muscles et la peau de sorte qu’elle est incapable de gérer les aspects quotidiens de la vie sans défis graves. Bien que Sarah ait besoin d’un fauteuil roulant et d’une aide pour ses besoins quotidiens, Sarah a est plus déterminée que jamais à poursuivre sa carrière universitaire. Sarah a été acceptée au programme de sciences alimentaires à temps plein à l’université de Ryerson pour l’an prochain, où elle espère devenir une diététicienne et fournir la consultation diététique pour des patients d’oncologie.

Citation : « Ce qui ne tue pas vous rend plus fort. »